Années 70byMarc Pasteger

Années 70

Par Marc Pasteger

  • Date de publication: 2019-08-23
  • Genre: Histoire

Années 70 Par Marc Pasteger. # 1 Le monde service illimité de livres et livres audio. Pas de limites. Tout en un votre bibliothèque de livres Rechercher des PDF, des eBooks, des ePubs, des eMagazines, des ePaper, des e-revues et plus Offre d'une durée limitée COMMENCEZ VOTRE COMPTE GRATUIT Pour accéder à la bibliothèque de livres. & obtenez vos livres électroniques préférés, notamment PDF, ePub et Kindle. Inscrivez-vous aujourd'hui GRATUITEMENT!.

Description

Parcourez une décennie exceptionnelle, marquée par l'insouciance et la liberté sexuelle !

Ceux qui les ont vécues en ont la nostalgie. Chez les autres, elles font rêver. Les années 70 commencent dans l’insouciance du lendemain, la légèreté, les paillettes, la liberté sexuelle, la joie de vivre. « Une parenthèse enchantée », selon l’expression de Françoise Giroud. Pour raconter cette décennie de légende, Marc Pasteger a choisi l’angle de l’anecdote amusante. Philippe Bouvard collectionne les canulars. Mike Brant, qui ne comprend pas le français, enregistre son premier tube uniquement grâce à la phonétique. Après Emmanuelle, Sylvia Kristel jure qu’elle ne se déshabillera plus au cinéma… et ment ! Bonus : un quizz de 70 questions.

Plutôt hippie, disco ou punk ? Retrouvez la parenthèse enchantée des années 70 grâce à ce livre bien documenté, empli d'anecdotes étonnantes et amusantes !

EXTRAIT

Une autre fois, il lance Mike Brant sur ses hordes de fans :
— On me dit que vous êtes de plus en plus traqué par les jolies filles…
— Un peu, oui… Après mon dernier gala, j’en ai même déniché quatre dans mon lit !
Bouvard tient le bon sujet :
— Et qu’est-ce que vous avez fait ?
— J’ai dit : « Excusez-moi, je suis très fatigué ! Je vais dormir ! »
Bouvard a le mot de la fin :
— Nous aurions tous fait comme vous, menteur !
Ton identique dans « RTL non-stop », émission qu’il anime chaque après-midi en direct et en public, dans le même créneau horaire que « Les grosses têtes » qu’il inaugurera en 1977 après avoir présenté et dirigé pendant deux ans le journal de 13 heures de la station.
Il décortique un texte un peu simpliste d’Enrico Macias qui se défend :
— Pour moi, une bonne chanson, c’est celle qu’on peut fredonner le matin dans sa salle de bain en se rasant…
Bouvard riposte :
— Moi, c’est la chanson qui m’a souvent rasé…
Et il envoie le jingle de la séquence suivante sous les rires des spectateurs du grand studio du 22 de la rue Bayard.
Au fil des mois, le meneur de jeu, qui reçoit quotidiennement un ou plusieurs chanteurs (mais entourés de convives venant d’autres horizons) a mis au point une liste de questions dans laquelle il puise. Exemples :
— Croyez-vous que le certificat d’études suffise à un chanteur ?
— Préférez-vous un article erroné à pas d’article du tout ?
— Préférez-vous être le numéro dix en France que le numéro un à l’étranger ?
— Plaignez-vous les chanteurs qui ne connaissent pas la musique ?
— Accepteriez-vous de participer gratuitement à un gala organisé en faveur des organisateurs de galas dans le besoin ?
— Continueriez-vous à chanter si l’on donnait le S.M.I.G. aux artistes ?
— Pensez-vous que le succès de certaines vedettes vient de la surdité précoce d’une partie du public ?
Les sujets personnalisés sont traités avec le même humour, comme l’attestent ces quelques mots adressés à Antoine :
— Avez-vous moins peur des tomates depuis que vous possédez une exploitation agricole ?
Plébiscité par les auditeurs, les téléspectateurs et lecteurs du « Figaro » puis de « France-Soir », Bouvard connaît un triomphe de librairie en 1973 avec « Un oursin dans le caviar »8 dont il vendra, toutes éditions confondues, deux millions d’exemplaires. Et, comme on sait, un oursin, ça manque de douceur…

À PROPOS DE L'AUTEUR

Journaliste, rédacteur en chef du « Soir mag » de Bruxelles, pour cet ouvrage, Marc Pasteger s’est appuyé sur une vaste documentation dont ses propres chroniques et interviews de presse écrite et de radio.